Exemple de lettre de coming-out non-binaire aux parents (personne AFAB)

Il est difficile de trouver des exemples de coming-out, surtout pour des personnes non-binaires. C’est pour ça que je vous partage la lettre que j’ai donnée à mes parents pour leur annoncer ma non-binarité. J’y ajoute ici quelques commentaires pour expliquer ma démarche et donner aussi un peu de contexte.
Si vous voulez le document original, sans commentaires, il se trouve ici. Vous pouvez le copier et ensuite le modifier à votre guise.

Si vous préférez le face à face ou un autre moyen plus original, libre à vous! Vous pouvez toujours puiser de l’inspiration dans les commentaires ci-dessous qui expliquent le cheminement qui mène à l’annonce et la stratégie que j’ai adoptée.
J’espère que cela pourra vous inspirer et vous aider à faire cette annonce à vos parents ou vos proches.

Pourquoi une lettre?

J’ai préféré écrire une lettre plutôt que de faire une déclaration en face-à-face pour plusieurs raisons.

  1. Mon père est à moitié sourd et j’avais pas envie de hurler ma déclaration à travers l’appartement. («Non, Papa, je suis pas nombriliste, je suis NON-BINAIRE!»)
  2. J’étais sûr·e de maîtriser le message: pas de stress de se rappeler ce qu’on a à dire, de bafouiller ou d’être interrompu·e.
  3. Je leur ai laissé le temps de digérer l’information.
    En fait, je leur ai donné la lettre en main, je leur ai dit de la lire et je suis parti·e quelques heures.

Rappels utiles avant de faire votre coming-out
Je vous souhaite que tous vos coming-outs se passent bien, mais malheureusement il vaut mieux vous préparer à des réactions négatives au cas où. Ayez donc un plan de sécurité.
  • pensez à avoir quelque part où aller si les choses tournent mal ;
  • si vous le désirez, faites-vous accompagner par quelqu'un de confiance qui pourra désamorcer une situation conflictuelle et/ou vous protéger ;
  • n'oubliez pas qu'il n'y a aucune obligation à faire un coming-out. A personne, sous aucun prétexte. Si ce n'est pas le bon moment, pas le bon endroit ou tout simplement si vous ne le sentez pas: ne le faites pas. C'est et ce sera toujours votre choix de vous révéler ou pas.

La lettre commentée

Maman, Papa,

J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Je voulais attendre de vous voir pour vous en parler.

Tout de suite je veux annoncer que c’est quelque chose d’important, et surtout de positif. On laisse trop souvent croire qu’un coming-out c’est une chose terrible et grave, alors que c’est tout le contraire.

Vous m’avez élevé et vu grandir donc ça ne devrait pas être une grande surprise pour vous.
Grâce à vous, j’ai toujours pu faire ce qui me plaisait sans jugement de ce qui est convenable ou non. Mamie disait que j’étais élevée «comme un garçon» ce à quoi vous répondiez “élevée comme un enfant libre”.

Ici, je veux qu’ils se souviennent de mon enfance afin de leur faire voir que je suis la personne que j’ai toujours été. Je complimente aussi leur choix éducatifs pour les mettre dans de bonnes dispositions.
Evidemment, pour vous ça ne collera pas forcément. Mais vous pouvez mettre des anecdotes de votre enfance que vous trouvez pertinentes pour expliquer votre identité. Dans tous les cas, évitez de faire des reproches à vos parents sur l’éducation qu’ils vous ont donnée, ce n’est pas le moment de régler vos comptes là-dessus.

Et c’est vrai que, que ce soit mes amis, mes loisirs, mes études, mes métiers je me suis retrouvé à évoluer dans des milieux majoritairement masculins. C’était là que je me sentais à l’aise et confortable. D’ailleurs mes amis hommes me le répètent depuis l’enfance «toi t’es un pote, t’es pas une copine».

Un autre rappel de mon évolution et des pistes d’explications de mon identité. Je voulais montrer qu’il n’y a pas que mon ressenti, mais aussi des remarques répétées de gens qui m’ont côtoyé.

À l’adolescence, j’ai détesté mon corps qui se transformait et la condition à laquelle il me rattachait: être vu comme une femme et tout le lot d’attentes, de sexualisation et de restrictions qui vont avec. Je voulais le faire disparaître, comme pour annuler le traitement qui lui était voué.
Car depuis toujours, le monde des filles, puis des femmes, est pour moi comme une planète étrangère. Pas une planète hostile, mais un territoire mystérieux et énigmatique.
Je pensais que c’était moi le problème, que j’étais bizarre, hors-norme. Mon identité a toujours été empreinte de ce sentiment d’inadéquation.

Mon but ici est de leur faire savoir que j’ai compris la raison du le mal-être que j’ai vécu plus ou moins intensément toute ma vie (j’ai été anorexique pendant 15 ans et mes parents étaient aux premières loges).

Et puis, un peu comme Maman qui a décidé d’être de bonne humeur, j’ai réalisé qu’en fait, à travers les cultures et les époques, il existe plein d’autres personnes comme moi: qui ne sont ni des femmes, ni des hommes. À défaut de meilleur terme, on les appelle des personnes non-binaires.

Ca y est la bombe est lâchée.
J’ai beaucoup hésité à dire le terme transgenre (car je me considère comme trans). Mais finalement, je me suis dit que ça allait embrouiller mes parents plus qu’autre chose et leur donner des à-prioris très négatifs (merci la représentation des personnes transgenres dans les médias).

C’est un vrai soulagement pour moi d’avoir trouvé une “case” dans laquelle je rentre et d’enfin comprendre qui je suis. Ça me permet de donner du sens à ma personne et de finalement (re)trouver mon identité.

Voilà, c’est ça la bonne nouvelle.

Je réitère: c’est une BONNE NOUVELLE, FAISONS LA FETE C’EST TROP COOOOOL!

Si vous ne comprenez pas vraiment la non-binarité, c’est pas grave. Il n’y a rien à comprendre en vrai. Ce que je vous demande c’est de respecter la personne que je suis.

Les personnes non concernées vont toujours avoir du mal à comprendre la non-binarité. Je ne veux pas mettre le focus sur la justification de ma personne, je veux dire à mes parents ce que j’attends d’eux.

J’ai commencé à faire mon coming-out à mes proches au début de 2021. Mes amis ont été super, [NOM DU/DE LA PARTENAIRE] comme toujours extraordinaire, et tout le monde me connaît maintenant sous le nom de Sacha. 
Je vous demande d’utiliser ce nom pour moi, et de m’appeler votre enfant (Chacha ou «ma puce» ça va aussi). Et de façon générale de ne pas faire référence à moi comme fille, femme, etc. Je ne suis pas une femme.

Donnez des exemples de ce que vous voulez comme appellation et surnom, ça va faciliter l’adaptation plutôt que juste leur dire «ne m’appelez plus Z».
Je n’ai pas abordé les pronoms car ça faisait beaucoup. Vous aller discuter de la non-binarité de nombreuses fois avec vos parents, et donc que vous pourrez ajouter de nouvelles demandes au fur et à mesure (et aussi selon vos besoins et votre évolution).

Dans mon cas, pour diverses raisons, j’ai préféré attendre 8 mois avant de leur annoncer ma non-binarité. Ici je veux les rassurer en leur disant que tout se passe bien pour moi dans mon authentic self ; que mes amis et mon partenaire me soutiennent (sous-entendu «alors pourquoi pas vous?»)

Ça va être un peu déstabilisant au début, je sais, mais vous allez vous y faire.
N’oubliez pas que je suis toujours la même personne, avec les mêmes passions, les mêmes rêves et le même humour famille [NOM DE FAMILLE].

Je voulais finir sur une note légère tout en rappelant que je suis la personne qu’ils ont toujours connu. Vous pouvez y mettre des choses plus détaillées comme vos hobbies, un trait de personnalité, une private joke familiale…

Prenez le temps de digérer tout ça et quand je vais revenir un peu plus tard, vous pourrez me poser vos questions ainsi qu’à [NOM DU/DE LA PARTENAIRE].

Votre enfant qui vous aime, Sacha.

En conclusion

La relation avec les parents est spéciale. Ils nous ont vu grandir, élevé·es, influencé·es, et pour toutes ces raisons ils tiennent une place très particulière dans notre vie.

Certains parents vont tout de suite être bienveillants et exemplaires, d’autres vont avoir besoin de temps pour accepter, et quelques-uns seront dans le rejet total et définitif. Ce qui est le plus stressant, à mon humble avis, c’est qu’il est très difficile de prévoir leur réaction. Il peut y avoir de bonnes comme de mauvaises surprises.

Vous pouvez essayer de tâter le terrain en lançant des discussions sur les transidentités ou la non-binarité, vous pouvez aussi leur fournir des livres et documentaires qui traitent du sujet et voir comment ils réagissent. Mais il y a toujours une différence entre parler d’une personne non-binaire inconnue et découvrir que son enfant est non-binaire! Quand les personnes se retrouvent personnellement impliquées, leur attitude peut être bien différente.

Une chose que mon partenaire m'a dite et qui m'a vraiment aidé dans tous le stress du coming-out:
"Tu as fait ta part en déclarant ton identité, maintenant leur réaction leur appartient."
Vous n'êtes en aucun cas responsable de la façon dont vos interlocuteurices réagissent à votre coming-out. Il n'y a pas d'annonce "ratée" ou "réussie".

Je vous souhaite le meilleur pour tous vos coming-outs!

2 commentaires à “Exemple de lettre de coming-out non-binaire aux parents (personne AFAB)”

  1. Anne Manchon

    Bonjour, notre enfant vient de nous faire savoir sa non-binarité, et nous ne savons pas bien comment digérer l’information. Sa soeur nous dit «c’est simple, vous l’appelez selon son désir, vous utilisez ses pronoms». Mais non, ce n’est pas simple, après 30 ans partagés, de nombreuses difficultés depuis l’enfance, et qui pourtant ne semblent pas s’améliorer depuis cette «prise de conscience». Connaissez-vous des réseaux qui puissent accompagner les parents? Merci!

    Répondre
    1. Bonjour Anne,

      La plupart des associations trans ont des initiatives pour aider spécifiquement l’entourage des personnes trans et/ou non-binaires. Voici une carte par régions qui j’espère vous aidera à trouver du support près de chez vous.
      Je comprends que cette nouvelle puisse être déstabilisante pour vous en tant que parent, et vous faites bien de rechercher de l’aide. Les ressources en ligne qui sont listées ici peuvent aussi vous être utiles.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *